Comment la BCE vous vole sans votre consentement

La semaine dernière, Mario Draghi, président de la BCE et ex Goldman Sachs, a annoncé que la BCE allait augmenter son Q.E (Quantitative Easing), et l’achat d’obligations à 80 milliards d’euros par mois au lieu de 60, soit près d’un trilliard par an!!! Et qu’il allait étendre le programme pour acheter des obligations d’entreprise…

Peu de gens comprennent ce que cela signifie vraiment, c’est fait exprès, car la réalité est scandaleuse.

Voici la réalité, et voici pourquoi le Q.E est en réalité un immense transfert de richesse, depuis votre poche, vers les états, les banques et les multinationales…

Donc chaque mois, la BCE crée de l’argent à partir de rien, pour acheter des obligations aux Etats, et désormais aux banques et multinationales. Une obligation est un bout de papier émis par une institution ou une entreprise, vendue à un tiers, en échange d’une rémunération et d’un remboursement à échéance.

En clair, c’est de la dette.

Donc la BCE crée de l’argent, pour le prêter à 0% aux états européens, aux banques et aux multinationales.

Cela a pour effet d’augmenter la masse monétaire.

Mais qui paie réellement l’addition? et bien tous ceux qui ont des euros (les épargnants), tous ceux qui gagnent des euros (les salariés, les retraités, les pme).

Imaginons qu’il y ait 1 trilliard d’euros en circulation, correspondant à 1 trilliard de richesses tangibles.

La BCE crée un nouveau trilliard d’euros, nous voilà donc avec 2 trilliards d’euros, mais toujours pour 1 trilliards de richesses.

La valeur d’un euro est alors divisée par 2.

Mais pas immédiatement!

Ceux qui perçoivent en premier l’argent frais ainsi créé, vont pouvoir acheter des actifs au prix actuel… actifs dont le prix va finalement augmenter face à l’afflux d’argent. Et à la fin, il faudra bien 2 euros pour acheter ce qui valait 1 euro.

Avant seuls les états bénéficiaient de ce programme, désormais les banques aussi (alors même qu’elles viennent d’augmenter les frais bancaires de 77%!), et les grosses multinationales…

Quid du peuple? et bien celui qui ne possédait pas d’actif, va voir son pouvoir d’achat divisé par 2…

Conclusion

Le Q.E n’a rien à voir avec la relance de l’économie. Ce n’est que de la planche à billet, qui permet aux états de continuer à fonctionner, et aux banques d’éviter de faire faillite.

En créant 1 trilliard d’euros par an, la BCE réalise en réalité un transfert de richesse de 1 trilliard depuis le peuple, les pme, et les épargnants, vers les états, les banques et les multinationales…

C’est ça la réalité du Q.E, une vaste opération de pickpocket.

Pickpocket de talent et victimes naïves, puisque les 99% ne comprennent absolument pas ce qu’il se passe.

Tant que les gens restent ignorants, la fraude peut continuer longtemps.

Si vous trouvez que le savoir coûte cher, alors essayez l’ignorance

 

 

A Partager!Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+