Banque des Règlements Internationaux

Les promesses de Hollande le soumis

Donc c’est promis, le gouvernement français ne touchera pas à votre compte en banque en cas de faillite des banques françaises…

Pourtant, voici un rapport de la B.I.S (Bank of International Settlement ou Banque des Règlements Internationaux), cosigné notamment par la BCE et l’Union Européenne (cf dernière page), qui prévoit bien le contraire:

Dans sa recommandation n°10, la B.I.S annonce qu’il est préférable, en cas de faillite bancaire, d’éviter l’utilisation des deniers publics.

C’est une bonne nouvelle pour le contribuable, même s’il est évident qu’en cas de faillite bancaire, les gouvernements en faillite eux même seront incapables de sauver les banques comme ils l’ont fait en 2008-2009.

C’est donc juste une récupération d’un état de fait de la part de la B.I.S.

Bank of International Settlements (Banque des Règlements Internationaux)

BRI

La Bank of International Settlement est située en Suisse, à Bâle, son capital est détenu par les banques centrales du monde entier.

C’est en quelque sorte la mère de toutes les banques centrales du monde. 

La BIS est un organisme discret, réputée pour son biais pro nazi lors de la 2e guerre mondiale, et sous l’influence des Rothschild.

Son siège ressemble à la Tour de Babel, en accord avec le projet de l’oligarchie, à savoir créer un Nouvel Ordre Mondial, un seul gouvernement totalitaire pour l’ensemble de la planète.

tour de babel

L’Union Européenne est bien symbolisée par la tour de Babel:

un ensemble de pays qui parlent un langage différent, ont des cultures et des économies différentes, mais que l’oligarchie a réunis pour le meilleur (pour l’oligarchie) et le pire (pour le peuple).

Son ancêtre est l’U.R.S.S, et on sait comment cela a fini.

Bail In

Les banques chypriotes auraient pu être sauvées par un simple prêt de la BCE, mais l’oligarchie a voulu tester le principe du Bail In, c’est à dire le sauvetage des banques par les déposants.

Malgré quelques chypriotes ruinés et en colère dont tout le monde se fout, ce bail in est finalement passé comme une lettre à la poste: pas de bains de sang, pas de bank run massif, les medias ont insisté pour présenter les clients volés comme de méchants mafieux russes, et finalement seuls les riches déposants ayant plus de 100 000 euros en compte ont été volés.

C’est oublier toutes les entreprises qui avaient de la trésorerie en banque, et qui vont probablement faire faillite, entrainant une ruine totale de l’économie chypriote.

C’est faire fi de tous les retraités chypriotes qui ont épargné toute leur vie pour se retrouver ruinés à cause des agissements de banquiers assassins, et de décisions des bureaucrates de la troïka (FMI, BCE & U.E)

La mauvaise nouvelle

Donc si l’Etat ne sauve pas les banques en faillite too big to fail, qui va les sauver à la prochaine vague de faillite?

Et bien la B.I.S recommande indirectement que ce soit les bailleurs privés, et donc les actionnaires mais aussi les déposants, depuis le précédent chypriote.

Beaucoup de gens croient qu’en dessous de 100 000 euros ils ne risquent rien…

C’était sans doute le but de la manoeuvre chypriote;

annoncer d’abord la confiscation de tous les dépots, puis modifier la règle en confisquant uniquement les dépôts au dessus de 100 000 euros.

Mais les banques chypriotes étaient des nains par rapport aux banques françaises, Laiki Bank avait 42 milliards d’actifs et 3 milliards de capitaux, lorsque BNP a 1965 milliards d’actifs et 85 milliards de capitaux propres.

Le document publié par la BIS prépare en réalité le terrain juridique pour la confiscation pure et simple des dépôts bancaires lors de la prochaine faillite des banques européennes…

Je suis prêt à parier que le seuil sera certainement bien inférieur à 100 000 euros, car les montants en jeu seront au moins 30 fois plus importants.

 

A Partager!Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Speak Your Mind

*